Camping . . . encore ?

Publié le par Allie ze Criket

Salut !


Je dois vous assommer avec mes articles sur cette semaine de camping. Pour être tout à fait honnête, mon avant-dernier article aurait dû être le dernier sur le sujet. Il se trouve cependant que j'ai fait le tri dans mes notes, que j'ai tout recopié au propre (si on peut appeler propre l'arrière de CV dépassés), et que je suis retombée sur deux trois éléments plutôt amusants, des annotations qui se voulaient hilarantes et quelques anecdotes qui mettent en avant le fait que décidément, je dois avoir une dizaine de cases en moins.

Ce que je vais vous raconter à présent et que mon esprit, soucieux de préserver ma stabilité mentale (du moins ce qu'il en reste), m'avait fait oublier, est un scénario digne d'un film d'horreur. Il s'agit d'une histoire atroce, au développement angoissant et à la conclusion dramatique. Ce récit, déclencheur de paniques nocturnes, créateur de cauchemars, risque de vous causer un grand effroi, une émotion plus forte que la frayeur ressentie dans les montagnes russes de Gringotts. Ce récit, c'est celui du camping mangeur d'homme.


(ou comment vous faire réviser le champ lexical de la peur en deux phrases)


Lorsque nous avons quitté Bordeaux, un beau lundi ensoleillé, tôt dans la matinée (12h environ) et avec la satisfaction d'avoir fait avaler mon adresse mail à un certain hibou, nous ignorions alors tout du drame qui allait se jouer quelques heures plus tard. Arrivés dans les Pyrénées, le GPS . . . Un instrument fourbe et traitre, qui au lieu de nous dire "faites demi-tour dès que possible", ou encore "route dangereuse, entrez à vos risques et périls" s'est contenté de nous demander de tourner à gauche . . . Le GPS donc, nous a mené à une route étroite et sinueuse, bordée d'un côté par une paroi rocheuse et agressive, et de l'autre par un précipice angoissant d'où provenait un silence oppressant. Le chemin conseillé par cette machine du diable nous fait escalader la montagne, sur une route toujours plus étroite et à la visibilité nulle. Le périple est long. Nous évitons, de justesse parfois, quelques véhicules imprudents et prions pour ne pas croiser un camion, une caravane ou un tank. Soudain, soulagement, la lumière au bout du tunnel, nous voici à l'entrée d'une bourgade qui semble charmante au premier abord. Mais d'habitants, nous n'en voyons que peu, et qui nous regarde avec ce que je peux maintenant décrire comme étant un appétit féroce. L'entrée du camping, qui se trouve un peu plus loin, est une descente abrupte vers l'antre de l'enfer. D'une glauquitude absolue, la maison des gérants nous fait face. Devant nous, une autre voiture s'est garée. Ses occupants en descendent, et après quelques minutes d'attente et d'appels infructueux, partent à l'aventure dans les lieux. Ils sont étranges ces emplacements de tente. Situés au bord du vide, le long d'une route sinueuse qui descend dans les profondeurs de la forêt. Après de longues minutes, nous nous rendons à l'évidence. Le camping a dévoré les occupants de la voiture située devant nous. Effrayées, nous remontons en toute hâte dans notre véhicule. Mais ce camping est bien pensé ! Impossible de faire demi-tour pour fuir. La remontée en marche arrière est difficile, nous sommes très chargées. Mais finalement nous parvenons à l'entrée et pouvons enfin quitter ce lieu de cauchemars. Les gens qui s'y sont aventurés ont probablement étés dévorés, digérés puis expulsés à l'extrémité, le cerveau lavé, reformaté, toute envie de départ les ayant quittés . . . A jamais !

 

http://i664.photobucket.com/albums/vv8/maniorku/onion%20head/th_ham.gif

 

La manucure du jour maintenant. Oui oui, comme ça, sans transition. Elle n'a pas été réalisée pendant mes vacances, mais chez moi, comme le décors vous le montrera. J'aime énormément. C'est simple et discret, mais en même temps classe et glamour. Enfin je trouve. Quel est votre avis ?

*aime se lancer des fleurs de temps en temps*

*d'ailleurs en parlant de fleurs, elle est pas sublime ma bague ?*

 

http://img4.hostingpics.net/pics/403683SDC10668.jpg

 

http://img11.hostingpics.net/pics/367833SDC10675.jpg

 

http://img11.hostingpics.net/pics/468937SDC10678.jpg

 

http://img11.hostingpics.net/pics/737252SDC10681.jpg

 

http://img4.hostingpics.net/pics/219738SDC10673.jpg

 

Extrêmement simple à réaliser, il vous suffit de faire une french classique (ici avec un vernis Yes one!), puis de faire une diagonale colorée (vernis Yves Rocher, parme féérique), et enfin de terminer avec un trait de liner (paillettes argentées par Salomé, mon chouchou que j'utilise tout le temps).

Publié dans Nail art

Commenter cet article

MiChi-Yo 09/10/2011 20:58



Effrayante ton histoire de camping =S ... J'hésite maintenant, si un jour je suis amenée à en refaire... JE TIENS A MA VIE, JE NE VEUX PAS ETRE DEVOREE !


Bref,... ta petite bague est très mignonne (^_^). La manucure j'aime moyen, mais par contre je suis impressionnée par la longueur de tes ongles. J'ai toujours du mal à comprendre comment les gens
peuvent vivre avec d'aussi longs ongles ! Les miens, dès qu'ils font à peine 2-3 mn, ils gènent énormément et je ne résiste jamais à l'envie de me les couper.



Allie ze Criket 16/10/2011 11:03



Ils sont un peu longs là, j'en ai raccourci quelques uns avant qu'ils ne se cassent à la base !!


Enfin, sinon c'est cool le camping, si tu en trouves un végétarien ! XD



jujujmc 03/10/2011 21:26



un NA discret pour aller au travail c'est tout mais un peu de fantaisie pour que sa ne soit pas fade c'est simpa mais je préfère quand c'est plus flashy :D



Allie ze Criket 16/10/2011 11:05



Oui, quand ça pète bien, avec des formes rigolotes, c'est marrant !! \o/



sevebeaute 02/10/2011 07:43



très joli, doux, léger et très joli


biz



Allie ze Criket 03/10/2011 17:36



Merci beaucoup !